Mon activité de Restauration de Livres Anciens est arrêtée.
en

Étapes d'une restauration

La restauration d’un livre n’est engagée qu’après une étude minutieuse de la structure et des problèmes de dégradations subis.
Il est bon de rappeler que chaque livre est un cas particulier, avec une structure qui lui est propre, un état de conservation particulier, des matériaux de qualités différentes. Ainsi, la procédure retenue pour cet ouvrage est tout aussi particulière. Si cette procédure est envisageable sur ce livre, ce ne sera peut-être pas le cas sur un autre.

illustration

Livre avant restauration

L’entretien et le nettoyage du cuir permettent de travailler sur une base propre et un peu plus souple. Cette opération est indispensable à une bonne restauration.

Débrochage

illustration illustration

Après le nettoyage du dos, le livre est débroché très consciencieusement. La couture doit étre entièrement transcrite sur un schéma. Chaque relieur ou atelier avait sa propre méthode de couture. Il est évident qu'il faille respecter la technique choisie par l’artisan d’autrefois.

Nettoyage du papier

illustration

Le livre ayant subi de nombreuses mouillures, je procède à un nettoyage aqueux du papier. Le séchage du papier se fait sans poids pour que le papier ne s’allonge pas et garde son gauchissement naturel.

Couture

illustration

Le schéma de la couture me permet de reproduire exactement celle d’origine. La couture a les mêmes caractéristiques que l’ancienne : cinq ficelles de chanvre doubles de la même épaisseur et largeur, un fil de lin écru. Il est important de respecter ce genre de détail qui permet d’avoir la même largeur de dos et le même mors.

Montage du cousoir
illustration

Endossure

illustration

On amorce légèrement une endossure au marteau. Les premiers et derniers cahiers devront venir se coucher sur les cartons. Les claies sont confectionnées avec un papier chiffon ancien de bonne qualité.

Tranchefile

illustration

La tranchefile est confectionnée comme celle d’origine (pekinée). Le choix du fil est fait pour sa couleur (on le vieillit) et sa matière (fil de lin). Les points de passes anciens sont réutilisés pour ne pas créer plus de blessures dans les fonds de cahiers.

Tranchefile pekinée
illustration

Restauration du carton

illustration

La restauration des cartons est faite avec une pâte à papier à base de chiffon. Les angles de cartons retrouvent leur configuration ancienne.

Passures en carton

illustration

Les ficelles sont remises comme les anciennes : trois passages. Cette méthode est caractéristique du XVI au XVIII ème siècle.

La parure du cuir
illustration illustration
Confection des coins
illustration
Confection du dos ancien
illustration

Restauration du cuir

illustration

Les restaurations de cuir sont faites avec une peau de veau de première qualité. Le veau est choisi pour sa grande résistance et parce qu'il vieillit mieux que la basane. La pose du cuir est faite de la même manière qu’au XVII ème siècle : les coins, les mors, les coiffes ont une configuration bien précise qui est respectée.

Teinture

illustration

La teinture permet aux greffes de cuir de ne pas attirer l’œil. Elle est faite avec des produits réversibles. Le décor n’est pas repris, les fers utilisés au XVII ème siècle n’existant plus, on choisit ici de prolonger les filets à froid pour structurer mais sans excès. Le choix de la reprise du décor ou non est fait avec le client.